Dernières nouvelles... 8 décembre 2016

 

Beaucoup de travail administratif ces six derniers mois et des nouvelles qui ne sont pas bonnes du tout.

En tout premier lieu, nous avons pris une avocate... Maître LAPUELLE avocate à Toulouse. C'est une personne éminemment  compétente, dévouée, disponible et très concernée par la sauvegarde du site archéologique de Saint-Pierre-Le-Clair qui nous a épaulés dans toutes nos démarches. Elle nous a aidés à monter différents dossiers mais pour ne pas être trop longue et rébarbative, je passe directement aux résultats...

Dossier administratif :

En appel, pour démontrer que les chemins ne peuvent laisser passer les éoliennes, nous sommes déboutés car nous n'avons pas réussi à prouver l'intention de nuire de VALECO...  Cette société vient de demander un permis modificatif pour changer le tracé des chemins mais le juge a estimé que la preuve de leur mauvaise foi n'était pas suffisante... En effet il est tout à fait normal et logique de demander un tracé modificatif pour les chemins si le permis initial permet de passer !!!

Ça commence et ce n'est que le début...

Le pire est le dossier archéologique

Les associations de défense du patrimoine et les historiens sont en lutte depuis dix ans contre les sociétés éoliennes industrielles successives qui veulent installer leurs machines sur la colline de Saint-Pierre-le-clair permis initial (2006).

Un premier massacre au bulldozer du site a lieu en 2013 sous prétexte de débroussaillage sans qu'aucune mesure préventive ne soit prise par Monsieur MARCHESI de la DRAC malgré les préconisations de l'enquêteur public. Devant l'émotion suscitée et le tollé dans les médias,  nous aurons un répit de trois ans.

 

 

En juillet 2016, après l'installation d'une ZAD qui a déjà bloqué une fois les engins de forage, Monsieur MARCHESI se décide enfin à diligenter une expertise. Le rapport est formel : non seulement il authentifie le site mais il reconnaît le massacre de 2013 et ses conséquences. En outre il précise que l'éolienne n°4 est située au milieu du site et que les chemins d'accès passent par des pierriers qu'il faut aussi  expertiser... 

 

Malgré ce rapport qui confirme tout ce que les associations de défense du patrimoine et les historiens clament depuis des années et les 2532 signatures de gens de la région indignés (obtenues en deux semaines et constatées par huissier),  Monsieur MARCHESI vient d'édicter un arrêté (novembre 2016) qui donne à VALECO l'autorisation de commencer les travaux au motif que la société éolienne je cite :"a fait de nombreux efforts pour limiter au maximum l'impact de son projet et que les mesures qu'il propose permettent de préserver la plus grande partie des vestiges..."

 

L'historien Monsieur RAYNAUD spécialiste de l'histoire du site et qui se bat pour sa conservation et pour développer le tourisme autour de ce lieu historique emblématique déplore : " contrairement à ce qui est dit sur l'arrêté, les travaux auront un impact sur le site, celui de détruire la partie du village déjà dégagée. les voies d'accès qui restent à ouvrir ne manqueront pas d'endommager des vestiges encore enfouis..."

 

 

Tout le monde a déjà vu un site éolien et on sait que tout le paysage est détuit sur des hectares à la ronde... Monsieur MARCHESI de la DRAC avec la complicité de tous les politiques précédemment cités vient de signer l'arrêt de mort de ce fleuron de notre histoire locale.

 

 

Son service contacté au téléphone reconnaît que les pourparlers pour le déplacement de l'éolienne sur le site ne sont pas terminés et que rien n'est prévu pour les chemins...

 

Les municipalités ayant eu affaire à cette société éolienne sont là pour témoigner qu'aucune promesse orale n'est tenue... Et pourquoi Monsieur GAY irait-il déposer un permis modificatif pour déplacer son site éolien, même en partie, alors qu'il vient de recevoir de la DRAC l'autorisation de commencer les travaux...

 

Quelle honte !!! Détruire un site aussi merveilleux pour de l'argent et avec la complicité de l'administration et des politiques...

 

Etonnons-nous après cela que les gens veuillent un changement politique et qu'ils ne puissent plus vivre dans ce monde de profit tel qu'il est actuellement !!!

 

 

 

 

 

 Article de la Dépêche sur la cérémonie de jumelage entre TOURREILLES et LE BOULOU (25 juin 2016) en présence du Maire de  BIURE ville espagnole où est tombé le petit tambour Pierre Bayle.

"Pierre Bayle : Le vent de l'histoire fait tourner les éoliennes

Le jumelage de Tourreilles avec Le Boulou et le village espagnol où le tambour Pierre Bayle est mort pour la France à l'âge de 11 ans, s'est transformé en tribune des opposants aux éoliennes qui s'étaient invités. Jacques Tati n'aurait pas été indifférent au mélange des genres et à la cocasserie du tableau.

D'un côté, l'hommage rendu à travers la célébration au héros du village tombé au champs d'honneur alors qu'il battait la diane à la tête du régiment commandé par le général Dugommier, un très proche de Napoléon, à la bataille du Boulou contre les armées espagnoles. Sa jeune vie de 11 ans emportée comme fêtu de paille par un boulet de canon, a laissé une trace dans la mémoire des habitants de Biure, commune du pays catalan espagnol qui en célèbre le souvenir. De l'autre, une cinquantaine de manifestants opposés au projet d'implantation d'éoliennes du secteur, une bonne douzaine d'associations dont l'intitulé ne laisse aucun doute sur leur degré de détermination : «Cri du vent», «Les Hurle-vents», «Pic en colère» ; couronnées d'autant de pancartes stigmatisant l'esprit de la lettre de cachet du pouvoir au mépris du libre arbitre de l'opinion du public et des particuliers. Quant aux inconvénients corrélés à l'usage des éoliennes, dont les risques encourus par la santé, l'asservissement d'un pays physiquement transformé au profit de sociétés avides de gains, ce sont là des secrets de polichinelle dans le pays...

 Lire la suite : lien vers l'article ...


"Les cris de LIMOUX"

Si vous allez sur Facebook, faites un détour par le site "Les cris de Limoux" qui révèle les dessous d'une actualité que nous sommes souvent stupéfaits de découvrir...

Aujourd'hui (26/06/2016), "Les cris de Limoux" parlent des éoliennes de Bouriège/Tourreilles...

Lien vers le site ...

 

Les méfaits du pouvoir...

 

Pourquoi les élus des deux villages s'entêtent-ils à vouloir signer un nouveau bail avec VALECO alors que L'ANCIEN N'EST PAS VALABLE  et que tout peut s'arrêter maintenant ?

Quelle est leur motivation profonde ? Tentons quelques hypothèses :

- Est-ce pour éradiquer faune et flore sur des hectares ? Impossible

- Est-ce pour détruire le patrimoine culturel de Saint-Pierre Le Clair ? Impossible

- Est-ce pour être responsables des diverses souffrances et maladies générées  par les infrasons (nausées, palpitations, migraines, atteinte du squelette...)  Impossible

- Est-ce pour tuer le tourisme local ? Impossible

- Est-ce pour dévaloriser le patrimoine immobilier des habitants ?

- Est-ce pour gagner de l'argent facile ? Impossible (65€ par habitant par an !!!)- Est-ce pour respecter la volonté des habitants ? Sûrement pas...

Alors quoi ????

Ces gens que nous cotoyons tous les jours, que nous pensions connaître : - Sont-ils à ce point inconscients de la gravité de leurs choix ?

- Sont-ils  en train d'hypothéquer 40 ans renouvelables de la vie de toute une zone rurale pour une motivation inconnue ou pire inavouable (budget en déficit et besoin d'argent urgent)??????

- Ont-ils à ce point peur des menaces proférées par VALECO ?

 

Mais alors qu'ils démissionnent !!!

 

 

Article de la Dépêche du 1er juin 2016

                                           Dernières nouvelles

Le premier numéro du journal "ECHO ZAD" vient d'être distribué...

 

 

 

Par arrêt du 3 mai 2016, la cour administrative d’appel  de Lyon a annulé le Schéma  Régional  Climat Air Énergie (SRCAE)   et son annexe le Schéma Régional Éolien (SRE) pour l’Auvergne. Cette annulation fait suite à neuf  autres en Aquitaine, Ile de France, Basse-Normandie, Rhône Alpes, Bretagne, Limousin, Paca, Lorraine, Pays de Loire et Midi-Pyrénées partiellement. L’État à chaque fois a été  condamné.      



Ces sanctions sont toutes prononcées pour défaut d’évaluation environnementale préalable en violation du droit européen. Ce défaut d’évaluation environnementale  explique que la quasi-totalité du territoire français était  par ces schémas déclarée éligible à l’éolien, en dépit du refus de communes et de la fragilité des territoires ruraux, de leur économie touristique.           



Ces jugements interviennent après que, déjà, le 7 mai 2014, le Conseil Constitutionnel ait déclaré inconstitutionnelle pour violation du principe de participation du public  la disposition à ce titre  de la loi dite Grenelle concernant ces schémas SRCAE/SRE.    

 

 

 

 

 

Ce qu'on nous cache entre autres...

 

Vidéo de l’émission     https://www.youtube.com/watch?v=VTvQk0O1Dmg

 

A ne pas manquer : un des actionnaires d'énergies

 

partagées est LE DÉPUTÉ DENIS BAUPIN... Ecouter  à

 

22 minutes 44.

 

                   Vous avez dit  ÉCOLOGIE ?

Éoliennes, Terres rares et désastre environnemental : une vérité qui dérange

 Lien vers l'article ...

Éoliennes et infrasons, qui dit vrai ?
« En clair, les pouvoirs publics agissent selon le fameux syndrome du réverbère : ils cherchent les clés là où c'est éclairé, au lieu de faire mesurer les infrasons qui sont la cause essentielle des troubles de santé des populations riveraines. »
Par Bruno Ladsous, ancien directeur général de la Ligue nationale contre le cancer...

lien vers l'article ...

 

La venue de FR3 le 20/04/2016 :

Riverains et Zadistes luttent contre un projet de parc éolien dans la Haute-Vallée de l'Aude...

Lien vers l'article et la vidéo du reportage ...

Le reportage de la dépêche :

Lien vers l'article...

ainsi qu'une vidéo du reportage :

Lien sur webaudetv...

Aidez-nous à sauver le patrimoine unique de Saint-Pierre Le Clair...

Monsieur RAYNAUD, historien, a dédié un blog à Saint-Pierre Le Clair. Bouleversé par le massacre du village ecclésial en 2013, il a essayé d'alerter la Communauté de Communes en vue de faire de ce site un lieu touristique reconnu avec une table d'orientation, mais,  à ce jour,  il n'a eu  aucune nouvelle...

Vers le site de Saint-Pierre Le Clair 

 

Ci-dessous la lettre adressée au Président de la Communauté de Communes par Monsieur RAYNAUD et restée sans réponse...

Monsieur le Président de la Communauté de Communes du Limouxin-St Hilairois

 

Je vous informe par la présente du la mise en ligne d’un nouveau blog : http://stpierreleclair.canalblog.com/ . J’ai créé ce site avec l’aide de deux associations locales : l’ Association de Défense du Patrimoine Rural de Tourreilles et les Amis de St Sernin . Nous l’avons conçu comme support du projet de sentier d’interprétation que nous vous soumettons. Ce sentier pourrait relier Tourreilles à St Sernin, et prendre appui sur les différents thèmes développés dans le blog : géologie et paysages, archéologie et histoire, terroirs viticoles, géodésie, croix, etc .

 

Ce projet pourrait s’intégrer aux réalisations comparables que la Communauté de Communes du Limouxin entend promouvoir. Nous souhaiterions d’ailleurs vous rencontrer pour en évoquer avec vous les modalités pratiques.

 

Notre intention n’est pas de polémiquer sur l’installation éventuelle d’éoliennes sur ce site, mais d’offrir une alternative satisfaisante localement et porteuse d’une plus-value durable et largement partagée.

 

Nous pensons en effet que la valorisation du site St Pierre-le-Clair, dans sa dimension patrimoniale et paysagère, apporterait un attrait supplémentaire à cette partie du Limouxin, dans la perspective du développement de l’oenotourisme sur l’ensemble du territoire que vous représentez. Ce sentier d’interprétation pourrait figurer en bonne place parmi les sites patrimoniaux du Limouxin, et s’intégrer à un itinéraire de découverte.

 

Il permettrait en outre de mieux faire apprécier la richesse des paysages, en particulier de ces crêtes encore sauvages et méconnues qui couronnent le vignoble et en constituent souvent la toile de fond.

 

Le rapport Dubrule sur l’oenotourisme, remis au ministre de l’agriculture en 2007, préconisait, vous ne l’ignorez pas, une prise en compte active du patrimoine et des paysages. Ces deux aspects sont fortement présents à St Pierre-le-Clair. La mise en valeur de ce site apporterait une valeur ajoutée appréciable à l’offre touristique comme à la profession viticole, la qualité des paysages étant indissociable de la qualité des produits. Les paysages du Limouxin et de la haute vallée, par leur typicité et leur diversité, sont porteurs d’un potentiel touristique considérable et encore peu exploité, vous en conviendrez.

 

C’est pourquoi nous pensons que la mise en place de ce sentier pourrait contribuer, à moindre frais, à renforcer l’attractivité du territoire que vous représentez.

 

Je vous prie d’agréer, monsieur le Président, l’assurance de mes sentiments dévoués.

 

    Le 3 avril 2014                                                Christian Raynaud

 

 

 

Vous avez dit DÉMOCRATIE ?

 

Une majorité (90 et 80 %) de TOURREILLOIS  et de BOURIEGEOIS est opposée à ce projet  d'installation de six monstres de fer (110 mètres de haut et 80 mètres d'envergure de pâles) sur la colline de Saint-Pierre Le Clair :  malgré tout, sous l'impulsion de leurs élus, le projet suit son cours...

Vous avez dit JUSTICE ?

 

Depuis DIX ans, les amis de SAINT SERNIN (hameau de BOURIEGE) sont en procès avec les sociétés industrielles successives initiatrices du projet et sont déboutés.

VOICI POURQUOI :

Ils soutiennent entre autres que les engins d'entretien (puisque eux seuls sont pris en compte dans les calculs)  ne peuvent emprunter le chemin rural par lequel ils prétendent passer. Mais le projet a toujours le permis de construire...

Mais où est la justice ?

 

A partir du plan de bornage, nous marquons physiquement la largeur du chemin rural que prétend emprunter VALECO...

 

 

Le tractopelle du propriétaire de la parcelle bordant le chemin a du mal à passer...

 

 Et le tractopelle ne mesure que 2,20 mètres de large !

Alors pourquoi les "amis de St-Sernin" perdent-ils leurs procès successifs contre les sociétés exploitantes qui prétendent pouvoir faire passer leurs engins sur ce chemin ?

 

Vous avez dit SOLIDARITÉ ?

 

•   Par crainte de voir une intervention prématurée des engins de VALECO et la disparition sous des tonnes de béton du village médiéval, et de la colline de St Pierre le Clair, un appel général à la solidarité est lancé sur les réseaux sociaux…

•   Jeudi 17 mars : les premiers « zadistes » (une ZAD est une zone à défendre) arrivent pour étudier par

eux-mêmes la validité de la « cause à défendre ». Ils vont sur le terrain et étudient le dossier…

 

•  Dimanche 20 mars : Nous installons ceux qui décident de rester dans une ruine en pierres prêtée par un habitant de S-Sernin.

 

•  Lundi 21 mars :  Nous avons eu raison de nous méfier car VALECO envoie les foreuses sur le site, ce lundi matin, mais grâce à nos zadistes, elles ne sont pas passées. Le village médiéval est toujours là. Merci à eux…

 

 Depuis, des volontaires de tous bords ont refait le toit de la bergerie, ont construit des toilettes sèches, apportent vivres et matériel à la ZAD. 

 

La FASPA (Fédération des Associations de Sauvegarde des Pays de l'Aude) a voté son soutien à la ZAD à l'unanimité des représentants associatifs (10 associations)  lors de la dernière assemblée générale. Certains de ses membres sont déjà venus nous aider activement, merci à eux aussi…

 

Si vous désirez participer à votre façon à la lutte contre ce projet malhonnête, inutile et dangereux vous pouvez :

 

- donner du matériel, des vêtements, des vivres, de l'argent (collectif.tourreillois@gmail.com)

 

- venir sur place pour vous entretenir avec les gens motivés et solidaires qui se relaient afin d'assurer une présence permanente sur le site et avec les villageois de BOURIEGE et TOURREILLES qui font de même.

 

- répondre aux alertes (il y en a déjà eu deux) afin de soutenir les zadistes quand ils se retrouvent en présence des engins qui essaient de passer en force…

 

C'est notre combat à tous ! Nous ne pouvons laisser les zadistes seuls face à ceux qui veulent détruire notre patrimoine historique, massacrer nos paysages, notre flore et notre faune, porter atteinte à notre santé, tuer l'activité touristique de notre région et dévaluer notre patrimoine immobilier…

Nous comptons sur vous… Merci à tous.

 

 

 

Membre de la FASPA et Zadistes unis dans le même effort en vue de la construction des toilettes sèches.

Mais que représente SAINT-PIERRE LE CLAIR pour les historiens ? 

 

Christian RAYNAUD, professeur d’histoire, parle de St PIERRE LE CLAIR

  

La crête de St Pierre-le-Clair se dresse à 579 m. d’altitude, à la limite des communes de BOURIEGE et TOURREILLES. C’est un endroit presque inconnu et qui pourtant vaut le détour. Depuis ce belvédère remarquable, sans conteste un des meilleurs points de vue du département de l’Aude, le panorama est à couper le souffle : l’œil embrasse toute la partie orientale de la chaîne des Pyrénées, avec sur le même plan le St Barthélémy , le Madres et le Canigou. Les Corbières s’y déploient largement, coiffées par le Pic de Bugarach, puis la Montagne Noire dans sa totalité, et l’ensemble du Lauraguais jusqu’aux portes de Toulouse. On y accède sans difficulté par plusieurs chemins, tous carrossables, depuis la route qui relie Bouriège au hameau de St Sernin. Mais mieux vaut s’y rendre à pied, ce qui prend 30 min tout au plus.

Arrivé tout en haut, on est surpris de découvrir des ruines qu’aucun panneau n’indique, non pas celles d’une chapelle comme le dit la carte, mais les murailles d’une imposante église romane, qui était celle d’un ancien village, à présent disparu, qui se trouvait tout près. Jusqu’à cet été on pouvait voir les vestiges de ce village juste au Sud de l’église : un quadrillage étrange de murets de pierre parcouru de petites ruelles, le tout envahi par les ronces. Le site est connu des archéologues comme un parfait exemple de « village ecclésial », c’est-à-dire un habitat groupé fondé juste après l’an 1000 autour d’une église. Les habitants des « villages ecclésiaux » bénéficiaient de l’immunité juridique et spirituelle attachée aux lieux de culte, à l’intérieur d’un enclos délimité par un fossé. Pour les paysans d’alors, souvent victimes des violences et des pillages, vivre dans un village ou enclos ecclésial garantissait une certaine protection. Ceux qui les menaçaient risquaient de se voir refuser l’entrée au Paradis, St Pierre en tenant les clés comme chacun sait, avec le risque de finir en enfer. Point besoin de château ou de solide rempart à St Pierre-le- Clair, à l’inverse de bien d’autres villages fortifiés de la région. La protection du saint apôtre suffisait ; on comptait alors surtout sur les défenses spirituelles émanant de cet espace consacré.

Il semble en tout cas que l’endroit ait été longtemps respecté par les habitants des environs : les murs écroulés de l’église et du village sont parvenus jusqu’à nous presque intacts, et c’est en soi un petit miracle. Jusqu’à cette année 2013 du moins. Car sans rien dire « on » a décidé de faire disparaître ces ruines pour faire place nette à un projet de 6 éoliennes de 110 mètres de haut. Sous prétexte de « débroussaillage », opération autorisée par la Préfecture, le village médiéval a été rasé aux ¾. En juillet 2013, face à cet entrelacement de murailles noyées dans la végétation, en juillet 2013, on a préféré passer le bulldozer plutôt que la débroussailleuse. Le résultat est catastrophique : maisons et enclos arasés, puits comblé, le cimetière médiéval éventré. Il s’en est fallu de peu que l’église, située à 15 mètres d’une future éolienne, soit « débroussaillée » de la même façon. Elle se dresse encore en ligne de crête, mais pour combien de temps encore ?

Assurément le site de St Pierre-le-Clair méritait mieux. Très accessible et largement fréquenté par les randonneurs, il aurait pu faire l’objet d’une mise en valeur, et serait devenu à moindre frais le principal attrait touristique d’un secteur qui en manque cruellement. Cette partie du limouxin est en effet plutôt pauvre en monuments ou sites naturels et pour cette raison complètement ignorée des touristes. On peut craindre que l’implantation de 6 aérogénérateurs de 110 mètres ne compromette le potentiel de développement touristique du site, à ce jour inexploité. On n’a pas jugé utile de faire intervenir des archéologues qui auraient pu étudier le site et permettre sa mise en valeur patrimoniale, dommage. A-t-on eu peur que cela ne retarde ou ne bloque le projet éolien, qui piétine depuis 10 ans et ne semble pas faire l’unanimité parmi les riverains ?

St Pierre-le-Clair n’est pas seulement un site archéologique à valoriser, c’est aussi un belvédère extraordinaire et connu comme tel depuis le XVIIIè siècle. Il fait partie des grands sites géodésiques qui ont servi de points d’appui à la cartographie de la France. On peut même affirmer que St Pierre- le- Clair a joué un rôle clé dans l’élaboration des premières cartes détaillées, les fameuses cartes de Cassini. De grands noms de la science française du Siècle des Lumières y sont venus tout exprès de Paris et ce à plusieurs reprises, en 1701, en 1739, puis en 1798. C’est ainsi que le 12 janvier 1701, trois astronomes de l’Observatoire de Paris : Jacques Cassini, Giacomo Maraldi et Matthieu de Chazelles, membres de l’Académie des Sciences, montent à St Pierre-le-Clair pour y effectuer des visées qu’ils ne pouvaient faire en nul autre endroit, car on peut observer de là à la fois le Pic de Nore, le Mt Alaric, le Pic de Bugarach et le Canigou. Ils y réalisèrent une série de mesures angulaires, à l’aide d’un instrument d’astronomie, le quart de cercle, alors utilisé pour déterminer la position des étoiles. Ces opérations allaient permettre de tracer le Méridien de Paris, méridien 0 de référence pour le maillage cartographique de la France. Plus tard en 1798, l’astronome Méchain monta à son tour à St Pierre-le-Clair afin d’obtenir une mesure plus précise de la Méridienne, nécessaire à la validation du mètre, censé correspondre à la dix millionième partie du quart d’un méridien terrestre, soit la distance entre Paris et Barcelone.

Tout cela pour dire que la montagne de St Pierre-le-Clair n’est pas une colline du Razès tout à fait comme les autres. C’est un haut lieu de notre patrimoine, qui mériterait à ce titre d’être mieux connu et mieux valorisé.

 

 

Monsieur le conservateur général du patrimoine des affaires culturelles du service régional d'archéologie du Languedoc- Roussillon-Midi-Pyrénées interpellé par nos associations de défense du patrimoine, nous parle du village médiéval au départ du projet...

"...Une seule éolienne touchait les ruines médiévales en périphérie de celui-ci,  il n'était donc pas menacé de totale destruction".

Cette image nous permet de voir que "la périphérie" d'un socle de béton d'éolienne "n'est pas menacée"...

 

 

Ruines du village avant "débroussaillage"

Il nous parle également du "débroussaillage" des ruines pour faire objection à notre plainte concernant la partielle destruction du site...

"le site n'a pas été rasé mais débroussaillé avec des moyens mécaniques qui ont certes retourné des pierres mais pas détruit des vestiges..."

 

Sur cette magnifique photo, vous voyez en arrière plan, le vol majestueux d'un aigle circaède  qui se reproduit chaque année sur notre colline.

 

 

 

Ruines du village après "débroussaillage"

 

Dans la presse (le Monde, l'Indépendant, la Dépêche),  les historiens   parlent de la "destruction "voire "du massacre"des ruines du village...

Ils parlent également de bulldozer et de tractopelle et non de débroussailleuse...

 

 

Le 9 mars 2016 nous avons enfin été reçus par Madame la Sous-Préfète dont voici le message :

D'emblée elle se place sur le plan du droit administratif pour lequel elle se déclare seulement compétente.

Son travail consiste uniquement à vérifier si  les mairies font bien leur travail...administratif.

Nous tentons tout de même de faire entendre nos arguments... (questions en gras ...)

- "Mais... et le tourisme  dont vivent une grande partie des Audois (interview du Préfet -février 2016-)?

- " Mr le Préfet a dit aussi :" il faut respecter les quotas et dans l'Aude nous sommes loin du compte"... "

-"Mais... et le respect des concitoyens qui ne sont ni concertés ni entendus par leurs élus alors ? "

-"Ce sont des élus, c'est un problème entre les habitants et la municipalité élue par eux"

- "Mais... et toutes les irrégularités dont le projet a été entaché tout au long de son parcours (10 ans) ?

- "C'est du domaine du droit privé pour lequel la sous-préfecture n'est pas compétente... Voyez avec votre avocat...

- "Mais... et  l'argent proposé aux municipalités par la société VALECO qualifié par notre avocat de "corruption passive"?"

- "C'est du domaine du droit privé pour lequel la sous-préfecture n'est pas compétente... Voyez avec votre avocat...

Nous apprenons à ce moment là que ce ne sont pas les communes qui toucheront l'argent mais la communauté de communes... (nos villages sont vendus pour rien).

 

La question du principe de précaution inscrit dans la Constitution et concernant l'effet des infrasons sur une population vivant bien trop près de ces monstres qui vont impacter leur santé restera en suspens (et pourtant nous sommes déjà surplombés par les 20 éoliennes de ROQUETAILLADE).

Mais c'est aussi du droit privé... A nous de porter plainte contre tous les responsables de leur installation. Ce qui ne manquera pas d'être fait... Repensons au scandale de l'amiante qui visiblement n'a pas servi de leçon à nos dirigeants...

 

Conclusion :

Si vous avez des éoliennes qui s'installent près de chez vous  assurez-vous d'avoir un excellent ami avocat car vous en aurez besoin...

C'est la seule façon qui nous reste en France pour nous faire entendre...

Mais... peut-être pas la seule façon après tout... Quand on n'a plus le choix... L'appel à la solidarité reste notre seule possibilité d'empêcher la destruction de notre patrimoine...

 


 

Dans cette vidéo, on retrouve résumés tous les reproches faits à l'éolien industriel par les signataires de la pétition.